Apple VS Epic Games : un Battle Royal ?

En août dernier, l’éditeur de jeux vidéo Epic Games a créé son application pour permettre aux joueurs d’acheter directement ses jeux sur sa boutique en ligne. En réponse au contournement de l’App Store, Apple a banni le jeu Fortnite[1] de son magasin d’application.

C’est devant la justice californienne qu’Epic Games a souhaité obtenir d’Apple qu’elle remette ses jeux vidéo sur l’App Store. Toutefois, la juge Yvonne Gonzales Rogers n’a été convaincue par les arguments de l’éditeur. Les parties se sont mises d’accord pour que le litige soit jugé par un juge et non par un jury. Le procès devrait avoir lieu en juillet 2021.

 

Epic Games accuse Apple d’abuser de sa position dominante sur le marché pour imposer des taxes trop élevées[2] sur les transactions des utilisateurs de l’App Store. Apple défend ce montant qui lui permettrait d’assurer la sécurité des utilisateurs ainsi que le bon fonctionnement de l’application.

L’éditeur a donc essayé de contourner cette taxe en s’émancipant du système de paiement d’iOS. Epic Game a, en effet, introduit son propre moyen de paiement in-app et c’est ce qui a mené la juge californienne à se ranger du côté d’Apple.

En réponse à ce contournement, Apple a banni les jeux Epic Games de son App Store dont le jeu Fortnite. Ce bannissement a pour conséquence que les utilisateurs d’iPhone et d’iPad ne peuvent plus télécharger le jeu ou effecteur de mises à jour.

Epic Games peut compter sur le soutien de plusieurs autres entreprises qui remettent également en cause les pratiques d’Apple et notamment Deezer et Spotify. Ces entreprises ont créé la « Coalition for App Fairness »[3] afin de modifier les pratiques d’Apple.

Tim Sweeney, le fondateur et PDG d’Epic Games attend de cette coalition qu’elle défende « les droits fondamentaux des développeurs à créer des applications et à travailler directement avec leurs clients ».

Il semblerait que l’éditeur de jeux vidéo puisse compter sur sa communauté très soudée puisque le #FreeFortine a envahi les réseaux sociaux dès le mois d’août 2020.

 

De son côté, Apple affirme qu’Epic Games agit comme « un saboteur, pas un martyr ». En effet, le géant de la tech rappelle que les jeux de l’éditeur sont accessibles sur d’autres plateformes et qu’ainsi, il n’y a aucun abus de position dominante.

 

Pour le moment, la justice ne semble pas considérer les pratiques d’Apple comme étant abusives. Yvonne Gonzales Rogers a notamment rappelé que les « écosystèmes clos » comme celui d’Apple existent depuis des décennies dans cette industrie à l’instar de Nintendo, Sony ou encore Microsoft.

Le procès entre Apple et Epic Games pourrait avoir des conséquences considérables sur le marché des magasins d’applications et sur leur modèle économique.

 

 

Article réalisé en collaboration avec Noor ZAIM

 

 

[1] L’un des jeux vidéo les plus célèbres et les plus rentables pour Epic Games

[2] 30 %

[3] Coalition pour l’équité entre les applications