Les services de cartographies en ligne, ces indics 2.0

Fort d’un panel déjà large de finalités, les outils Google et particulièrement ceux de Google Maps ne cessent de démontrer leur utilité. Aujourd’hui, ce sont les administrations étatiques qui se sont saisies de l’objet et l’ont tourné à leur avantage.

Ainsi, l’Administration fiscale et les services de police italiens ont usé des outils Google pour obtenir des informations clés et arriver à leur fin.

Google Maps au soutien de l’Administration fiscale

En 2015, la ville de Marmande dans le Lot et Garonne lance l’initiative et part à l’assaut des piscines et autres constructions extérieures, non déclarées, visibles depuis l’air.

Le service municipal des finances a ainsi passé au crible les résidences de la commune au moyen de l’outils satellite de Google Maps.

Les 300 piscines non déclarées ont ainsi permis d’enrichir les impôts locaux de 100.000€ puisque grâce à Google, la taxe foncière des propriétaires dissimulateurs a été revue en conséquence.

De cette idée est né le projet Foncier Innovant dans lequel l’Administration fiscale française et Google ont passé un accord de 24 millions d’euros.

L’objet est simple : un logiciel de détection cherchera les piscines, vérandas, jardins, courts de tennis etc. non déclarés et les rapportera à l’Administration fiscale.

Foncier Innovant, c’est la mise au point d’une intelligence artificielle qui repose sur les technologies fournies par Google et porté par le cabinet de conseil Capgemini.

Le projet se développe sur trois ans, entre 2021 et 2023, une première période de test sera effectuée sur neuf départements : Alpes-Maritimes, Var, Bouches-du-Rhône, Ardèche, Rhône, Haute-Savoie, Morbihan, Maine-et-Loire, et Vendée.

La sentence ne sera, à priori, pas automatique, si l’algorithme détecte des constructions extérieures non déclarées, un courrier de demande de régularisation sera envoyé aux propriétaires. On peut supposer qu’en absence de régularisation, l’adaptation de l’imposition sera ensuite automatique.

Google Maps au soutien des forces policières

Cette anecdote est celle de Gioacchino Gammino.

Ce mafieux italien a été condamné en Italie pour le meurtre d’un passant. Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, il finit par s’évader de prison.

Vingt ans durant, notre évadé restera en cavale. Il recommence sa vie dans une petite commune espagnole Galapagar, en tant que commerçant fruits et légumes.

Seulement voilà, c’était sans compter sur les perfectionnements Google. L’outils Google Street View permet de visualiser en trois dimensions une rue considérée. Le principe est simple, plusieurs photos sont prises par les voitures Google, ou par des contributeurs, et sont ensuite accessibles sur le site Google Maps. Cet outil permet ensuite à l’utilisateur de naviguer dans la rue, presque comme s’il y était.

Théoriquement Google floute les visages. Cette rue de Galapagar va échapper à cette règle.

Et c’est ainsi que les services anti-mafia italiens retrouvent leur fugitif par une simple photographie Google Street View mal floutée dans lequel il apparait, dehors, devant son commerce.

La police l’identifiera par sa cicatrice sur le visage, il sera ensuite arrêté par la police espagnole au mois de décembre 2021 et extradé en février 2022.

 

Par Antoine Chéron et Amaryge de Maisonneuve

Call Now Button

Vous avez besoin d'aide ?

Contactez-nous pour recevoir l’assistance d’un avocat spécialisé :

Le cabinet ACBM vous accueille du lundi au vendredi de 10h à 19h sur place ou par téléphone. Nous vous répondrons  sous 24h, sans engagement !