prison-programmeur-systeme

Condamnation à de la prison ferme pour un administrateur système

Aux États-Unis, une peine de prison a été prononcé pour un administrateur système qui a supprimé les comptes Microsoft de son ancien employeur.

En effet, Deepanshu Kher a été employé comme administrateur système par une société basée en Californie afin d’assister l’un de ses clients à migrer vers un environnement Microsoft Office 365. La société, ayant eu un retour négatif de la part du client sur la prestation de leur salarié, a décidé d’agir en conséquence et de licencier Deepanshu Kher en juin 2018.

Deux mois plus tard, l’ancien salarié qui était alors retourné en Inde, s’est infiltré sur les serveurs de la société dans le but de supprimer plus de 80% des comptes Microsoft Office des employés, soit plus de 1 200 comptes sur les 1 500 utilisés par l’entreprise.

Par conséquent, les salariés se sont retrouvés dans l’impossibilité de travailler en ne pouvant plus accéder aux différents services proposés par Microsoft et notamment la plateforme de gestion à distance Virtual Teams de Microsoft.

L’entreprise s’est alors retrouvée à l’arrêt pendant deux jours. Le directeur du service informatique a  évoqué à cet égard « Depuis plus de 30 ans que je suis professionnel de l’informatique, je n’ai jamais été confronté à une situation de travail aussi difficile et éprouvante ».

Le FBI a été informé de la situation et Deepanshu Kher a été arrêté lors d’un vol entre l’Inde et les États-Unis le 11 janvier dernier et selon Suzanne Turner, agent spécial en charge du bureau local du FBI à San Diego « Le dépôt de plainte rapide de l’entreprise victime et sa coopération avec le FBI ont grandement contribué à l’issue heureuse de l’affaire ».

L’ancien salarié a alors été inculpé pour avoir endommagé intentionnellement un ordinateur protégé. À ce titre, Deepanshu Kher a été condamné à deux ans de prison ferme accompagnée de trois ans en liberté surveillée. Ce dernier a également été condamné au paiement de la somme de 567 084 dollars au titre des dommages et intérêts. Cette somme correspondant à la facture que l’entreprise victime a dû payer afin de restaurer ses systèmes informatiques.

Call Now Button